Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A LIRE, A MEDITER

  • Dieu est amour, prédication de Timothée Gestin

    Petit souvenir de Timothée Gestin, notre suffragant de 2017, une prédication prononcée le dimanche 6 mai au temple de Passy-Annonciation :

    Que signifie " Dieu est amour " ?

    Prédication sur I Jean 4, 7-11 et Jean 15, 9-1

    Télécharger la prédicationf (PDF)

     

     

  • Méditation par le pasteur Basile Zouma

    Samedi 14 avril dernier, rencontre œcuménique passionnante au Centre d'Études Théologiques de Caen avec, notamment une série de trois éclairages historiques et théologiques du (jeune) pasteur Chavel, professeur à l'Institut protestant de théologie de Paris, sur Le XVIe siècle, la Réforme ; Le XIXe siècle, la crispation moderniste et renouveau ; le XXe siècle, le mouvement œcuménique.

    Des ateliers organisés l'après-midi ont suscité des échanges enrichissants entre les participants venus de plusieurs région normandes.

    Vous trouverez ci-après la méditation prononcée en introduction de la matinée par Basile Zouma, pasteur de la Manche, que vous connaissez tous ; cette intervention ne peut que contribuer à nous convaincre de l'intérêt d'un dialogue interconfessionnels avec nos frères chrétiens.

    Bonne lecture!

    Thème : Être différents mais tenir la même chose

    Texte : Marc 9, 38-40

    38 Jean lui dit : « Maître, nous avons vu quelqu’un qui chassait les démons en ton nom et nous avons cherché à l’en empêcher parce qu’il ne nous suivait pas. » 39 Mais Jésus dit : « Ne l’empêchez pas, car il n’y a personne qui fasse un miracle en mon nom et puisse, aussitôt après, mal parler de moi ». 40 Celui qui n’est pas contre nous est pour nous.

    Méditation

    Le récit de Marc nous parle d'un homme qui chasse les démons et aide les gens à recouvrer la santé en se servant du nom de Jésus. Ce qui me semble être une activité tout à louable donc à encourager. Eh bien, non ! Les disciples pensent que cet homme doit immédiatement cesser cette activité car le label Jésus – de leur point de vue – est une marquée déposée qui leur appartient. Le motif leur paraît évident : il ne fait pas partie du groupe des douze apôtres, il n'est pas des nôtres.

    Peu importe alors la pertinence de la mission, l'utilité de l'action. Ce qui importe aux yeux des disciples, c'est l'appartenance : « Il ne nous suis pas ». Il n'est pas avec nous qui avons le monopole du Christ, sa proximité, sa confidence...

    Sans doute, cet homme, ce disciple de la marge a-t-il entendu parler de Jésus, sans doute croit-il en lui. Mais il ne nous suit pas, c'est-à-dire qu'il ne fait pas officiellement partie des disciples. Il n'a pas fait acte de candidature, il ne s'est pas présenté, donc il n'a pas le droit de guérir.

    Il est nécessaire de nous arrêter un instant sur les nuances des mots pour saisir la portée de l'opposition des disciples et son dangereux mécanisme d'exclusion. On remarquera avec un sourire au v. 38, qu’au lieu de dire : “(Cet homme) ne te suivait pas”, Jean dit : “Il ne nous suivait pas”. A quoi correspond ce "nous" ?

    C’est probablement le "nous" communautaire qui est aussi celui de l'appartenance à une communauté de foi particulière. « Il ne nous suit pas », il n'appartient pas à notre communauté, à notre ecclésiologie, à notre théologie, à notre façon de faire, à notre modèle liturgique. Il n'est pas comme nous.  

    Jésus répond, d'une réponse qui recentre le propos. Il ne reproche rien à ce "nous" mais le met en garde contre les dérives possibles. Il ne veut pas que ses disciples empêchent l'homme étranger de guérir des gens. Car cet homme travaille dans le même sens que lui-même. Il est pour lui, il est donc pour nous.

    Réponse de Jésus qui fonctionne comme un refus d'exclure pour motif de non ressemblance. Il combat dans sa réponse, cette mentalité de clan qui commence à se former au sein des disciples et autour d’une exclusion. La réponse de Jésus leur apprend que Dieu est à l'œuvre chez eux mais qu'il travaille également chez les autres et par les autres. Il se révèle dans notre Église particulière, et c'est heureux. Mais il se révèle aussi dans l’Église d'à-côté, et c'est heureux encore ! 

    Pour Jésus, ce qui compte n'est pas que cet homme soit ou non recensé parmi les disciples en titre, mais que des gens soient guéris grâce à ce qu'on peut bien appeler son ministère. De l'aveu même des apôtres, cet homme guérit les malades "au nom de Jésus". Ce qui n'est pas une invocation vide de sens, mais une affirmation qui implique que l'homme contesté croit réellement en Jésus. La leçon de Jésus pour ses apôtres est de comprendre que la foi active existe en dehors de leur petit groupe.

    Dans ce récit, la perspective est déjà œcuménique dans le dépassement des mentalités de clan, des propensions au renfermement pour accueillir la foi de l’autre dans sa riche différence. Ici, nous touchons à une réalité essentielle : la liberté de Dieu d'agir comme il l'entend, quelquefois par nous, quelquefois en dehors de nous. Les disciples voulaient en quelque sorte brider cette liberté.

    Pendant que les disciples s'inquiétaient pour les hiérarchies et les appartenances, Jésus lui, rappelait la mission d'une Bonne Nouvelle qui libèrent l'humain de ses démons. Peut-être que nous aussi, en disciples d'aujourd'hui avons besoin du rappel que Dieu, en venant en Christ, a parié sur l'humain pour qu'à travers la Bonne Nouvelle, il lui soit donné d'approcher dans la figure du ce Christ son humanité véritable. 

    Amen.

  • Le sacerdoce universel, une mission partagée

    Timothée Gestin, notre “suffragant estival”, a bien voulu nous permettre de relire à tête reposée sa prédication sur le sacerdoce universel ; vous en trouverez dessous le texte à télécharger (PDF).

    Prédication sur le Sacerdoce universel

  • La paroisse d’Alençon apporte sa pierre au chantier de la nouvelle déclaration de foi

    Elisabeth.jpgL'union des Églises réformée et luthérienne au sein de l'Eglise protestante unie de France supposait que soit reformulée sur des bases communes la déclaration de foi de 1937. C'est selon le processus démocratique qui fonde notre fonctionnement confessionnel qu'à été lancée la consultation des communautés de base - au rang desquelles notre paroisse alençonnaise - avant que les instances régionales ne soient amenées à se déterminer. Elle aboutira au synode national qui  arrêtera la version définitive en mai 2017, en cette année de célébration du 5e centenaire des thèses luthériennes placée sous la bannière : « Protester pour Dieu, protester pour l’homme ».

     

    Deux étapes ont ponctué la réflexion des paroissiens, menée dans le cadre des consignes de ce chantier : « énoncer en un langage simple les convictions fondamentales que partagent les membres de l’EPUDF ». La  première, écrite, a permis de recueillir des réactions très diversifiés à la proposition de base, outre un très beau texte que nous reproduisons en annexe de ce bref compte-rendu ; la deuxième, élaborée collectivement dans le cadre d'une réunion animée par le pasteur Christian Tanon, le samedi 14 mai dernier, a donné lieu à des amendements formels de la proposition, dont le 6e article a rallié tous les suffrages.

     

    Notre modeste pierre dans cet édifice résulte donc d’une véritable dynamique de réflexion. Elle témoigne en outre, non seulement de la persévérante existence de notre communauté, mais encore de sa capacité  résolue à contribuer au mouvement de réforme qui constitue l’ADN de notre Eglise. L’Esprit saint fera le reste !

     

    EPUDF Alençon.jpgLES PROPOSITIONS D’AMENDEMENT

    (NB : les caractères gras signalent les amendements proposés et les astérisques des termes qu’il conviendrait d’expliciter dans un glossaire)

     

    1 - En Jésus le Christ, Dieu se révèle comme Parole bouleversante et fondatrice.

    Il est pour nous source de liberté, sujet de joie. A son appel répond la foi, puissance de vie, qui donne à chacun une dignité nouvelle.

    Dieu rassemble dans une communion invisible toutes celles et tous ceux que son Esprit anime.

     

    2 - Pour entendre cette Parole vivante, l’Église protestante unie de France écoute le témoignage décisif* des Écritures. Elle y puise sa certitude que, sans mérite de notre part, Dieu nous réconcilie sans cesse avec lui dans la vie, la mort et la résurrection de Jésus le Christ. Ainsi aimés, justifiés* et libérés, nous sommes appelés à vivre de cette liberté auprès des autres.

     

    3 - Qui témoigne de l’Évangile fait œuvre de paix dans le monde, sous l’effet de la grâce divine. Il rend visible l’amour de Dieu envers chaque être humain et sa sollicitude envers la création tout entière

     

    4 -  Prédication et sacrements offrent au croyant une nourriture pour son chemin.

    Par eux la Parole de Dieu nous dispose à la prière, résonne dans notre vie, retentit dans le monde. Elle nous ébranle, nous relève, nous engage, fait de nous des témoins. Elle brise les chaînes de l’injustice.

     

    5 -  L’Église protestante unie de France reconnaît pleinement la foi chrétienne dans les Symboles œcuméniques*, les Livres symboliques* et les Confessions de foi de la Réforme*. Elle reçoit la pluralité des expressions de la foi, vécue dans l’unité, comme signe de l’humanité de Dieu.

     

    6 -  L’Église partage une vérité qu’elle ne possède pas, et qu’elle recherche avec passion. En Jésus le Christ, elle est ouverture au prochain et renvoie, bien au-delà de ses propres insuffisances, au don gratuit de Dieu, à la beauté de sa Parole : à la merveille de sa grâce.

     

    conviction-plus.jpgLES MOTS POUR DIRE MA FOI…

     

    L’une des contributions était assortie d’un beau texte, très personnel, que nous livrons à la méditation de tous :

    1 - Nous croyons en Jésus, le Christ, Parole vivante et éternelle de Dieu. Il s’est fait humain parmi les humains pour nous faire accéder à sa divinité. Par toute l’étendue de sa grâce, il nous libère de nos craintes et de nos doutes. Par lui et en lui, nous découvrons le sens profond de notre vie.

    2 - Cette Parole de Dieu est attestée dans un libre : la Bible. Le livre contient nos Saintes Ecritures. Nous nous y référons : elles constituent le fondement de notre foi personnelle et celui de la foi de notre Eglise.

    3 - Cette foi en Christ qui nous libère fait de nous des libérateurs. Témoins et serviteurs de la Parole de Dieu déposée dans les Saintes Ecritures  Nous rendons visible le projet de Dieu sur le monde et actualisons son message : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ».

    L’Eglise à laquelle nous nous attachons est l’Eglise protestante unie de France (EPUDF). Dans le concert des Eglises chrétiennes, elle fait entendre sa voix sans prétendre à un monopole, encore moins à une exclusive.

    La Vérité de Dieu que transmettent les Eglises sans jamais la posséder, est une Vérité polyphonique : c’est tous ensemble, et chacun différent, qui nous témoignons du Dieu unique ».

     

    Croix_Huguenote.jpg

    Lire aussi nos articles précédents sur le sujet :

    Déclaration de foi 2017, texte de la propositionde base

    Vers une nouvelle déclaration de foi

     

  • Vers une nouvelle Déclaration de foi

    Ainsi que l’annonçait la présidente du conseil presbytéral dans son éditorial de Pâques ( Dans l'élan de Pâques  ), notre paroisse est invitée à participer à la réflexion lancée par l’Eglise Protestante Unie de France (EPUdF) pour l’élaboration d’une déclaration de foi  commune.

    Vous trouverez le texte de la proposition de base dans l'article Déclaration de foi 2017 Proposition de base

    Pour vous informer de façon plus approfondie et  alimenter votre réflexion,  voici quelques liens utiles.

    Un autre article précisera les rendez-vous à venir sur ce sujet.

     

    logo.jpg

    Le déroulement et la présentation de la  nouvelle déclaration de foi de l’Église protestante unie de France 2017 :

    Nouvelle déclaration de foi

     

     

    rsrc_n2_couv.jpg

     

     

    Le N°2 de la revue « Ressources » (nouvelle revue de l’Église protestante unie de France) qui analyse les contextes historiques et spirituels des déclarations de foi :

    "Ressources" N°2

     

     

     

    conviction-plus.jpg

     

    Les principes déterminant la confession de la foi dans l’église réformée :

     Confesser sa foi